EN FR

Signez vos contrats en quelques clics

> Solution

Actualités

1
oct.
e-marché public
L'arrêté du 12 avril 2018 relatif à la signature électronique dans la commande publique qui en définir le cadre juridique, entre en vigueur le 1er octobre 2018. Une signature électronique a la même valeur juridique qu'une signature manuscrite. Elle doit répondre à un protocole technique spécifique pour avoir force probante (articles 1366 et 1367 du Code civil). Le décret n° 2017-1416 du 28 septembre 2017 relatif à la signature électronique, pris pour l'application de l'article 1367 précité, dispose que : « La fiabilité d'un procédé de signature électronique est présumée, jusqu'à preuve du contraire, lorsque ce procédé met en œuvre une signature électronique qualifiée. Est une signature électronique qualifiée une signature électronique avancée, conforme à l'article 26 [du règlement européen dit “ eIDAS ” du 23 juillet 2014 (1)] et créée à l'aide d'un dispositif de création de signature électronique qualifié répondant aux exigences de l'article 29 dudit règlement, qui repose sur un certificat qualifié de signature électronique répondant aux exigences de l'article 28 de ce règlement ». Pour signer électroniquement, le candidat (ou le mandataire en cas de groupement) doit avoir un certificat électronique et l'application logicielle qui s'y rattache. Cette dernière est souvent proposée par les profils d'acheteurs. La signature électronique peut, par ailleurs, être apposée au moyen d'un parapheur électronique (article 7 de l'arrêté du 12 avril 2018). La signature électronique n'est pas obligatoire conformément à l'article 102 du décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics, mais elle est fortement recommandée. Lorsque le marché public est signé électroniquement, il doit l'être selon les modalités fixées par l'arrêté du 12 avril 2018 précité. En raison du passage à cette même date au « zéro papier » pour la remise d'offres dès 25 000 € HT, il convient, pour les entreprises et pour les acheteurs, de se doter d'une signature électronique. S'agissant des marchés d'un montant inférieur à ce seuil, il est préférable dans un premier temps que les acheteurs laissent le choix aux entreprises de signer à la main ou électroniquement, pour ne pas aboutir à une raréfaction brutale des réponses. Les documents à signer sont ceux énumérés par l'acheteur comme pour une signature papier. Lorsque la signature électronique est requise, l'arrêté du 12 avril prescrit aux acheteurs et aux entreprises de se doter, au moins, d'une signature électronique avancée basée sur un certificat qualifié et conforme au règlement eIDAS (article 2), ainsi que du dispositif de création de signatures électroniques « de [leur] choix » (article 4)

Partenaires

Arkhinéo
Finance Innovation
Keynectis
CertEurope

Retrouvez-nous sur

Linkedin Twitter
Accueil >> Solution

Solution


Conformément aux réglementations françaises et communautaires, tout contrat peut être établi et signé sous forme électronique à condition d’assurer l’imputabilité et l’intégrité des documents signés.

Econtrat permet de respecter cette double condition et de dématérialiser ainsi les process de signature et d’archivage des actes suivants entre autres :

Contrats de vente
Accords de confidentialité
Contrats de travail
Autorisations de prélèvement
Contrats de location
Contrats de service
Accord sur devis ou proposition
Procès verbaux
Remise contre décharge
Contrats de mandats
Formulaires administratifs
Relevés de temps …


La flexibilité et la compatibilité de la solution Econtrat lui permet de s’intégrer parfaitement aux sites internet et outils informatiques de l’entreprise.
La consultation et la signature des documents peuvent s’effectuer sur tout support (ordinateur, tablette, smartphone) et se réalisent en quelques clics :

Réception du document sur la plateforme
2
Verification de l'identite des documents
3
Signature des documents (saisie d'un code SMS)
4
Archivage legal et automatique du document

Econtrat.fr propose ses solutions de dématérialisation en mode SaaS ou sous forme de licence. Les tarifs sont adaptés au volume des procédures dématérialisées et au nombre d’utilisateurs.

Des honoraires de conseil et d’intégration peuvent être convenus à l’issue de la phase initiale d’étude du projet en fonction de l’environnement technique et juridique de l’organisation.